Découverte de la plus ancienne bataille

Des archéologues ont découvert au Kenya les dépouilles des victimes d’un féroce combat, qui s’est déroulé il y a dix mille ans.

Ils sont restés là. Personne n’est allé ramasser leurs corps. Ils reposaient parmi les dunes, épars, certains étendus sur un long banc de sable et de gravillons, sur des petites buttes, d’autres flottant dans le lagon. Ils étaient un peu moins d’une trentaine, des hommes, des femmes, dont l’une enceinte, et quelques enfants. Morts au combat, ou simplement massacrés. Un homme le genou cassé, une pointe de flèche fichée dans le crâne. Un autre touché à la tempe et au cou. Une femme les mains brisées, le front fracassé… La liste des blessures est longue, morbide. Une équipe internationale d’archéologues et d’anthropologues l’a soigneusement relevée, bien plus tard, en 2012, quand un assistant kenyan a découvert le site, Nataruk. Ce dernier se situe à l’ouest du lac Turkana, au Kenya, en bordure d’un ancien petit lagon. Grâce aux coquillages jouxtant les squelettes, les archéologues ont pu estimer l’époque où vivaient les défunts : c’était il y a environ dix mille ans…

Source : Le Monde – Lire la suite ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s