Archéologie : la France, zone de pillage

Le pillage a eu lieu il y a trois mois. Pourtant, Céline Choquenet, responsable des fouilles préventives de Prunay-Belleville (Aube), ne décolère pas : « On devait les enlever le lendemain. » Elle parle d’une fiole en verre et de huit céramiques, indemnes, trouvées dans trois tombes des IIe et IIIe siècle. Certaines gisaient aux pieds des défunts, ce qui n’avait jamais été observé. « Le gardien s’est absenté et nous venions de communiquer », se lamente-t-elle.

proxy
« Les pilleurs n’ont pas besoin de coupures de presse pour connaître les fouilles en cours, assure Mahaut Tyrell, chargée de communication à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), qui cite le cas récent du chantier de Pont-Sainte-Maxence (Oise), « visité » avant la venue des journalistes. Il leur suffit de se pencher sur des projets d’aménagement. » « Ou de repérer des tractopelles au travail », ajoute Jean-David Desforges, président de Halte au pillage du patrimoine archéologique et historique (Happah)…

Source : Le Monde – Lire la suite ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s