Archéologie : à la découverte d’un autre visage des conquistadors

Dans la grotte d’une petite île portoricaine, des chercheurs anglais ont retrouvé des écritures et des dessins muraux laissés par les Espagnols au XVIe siècle qui témoignent d’échanges pacifiques et religieux avec la population autochtone.

Sur la carte, l’île de Mona est un simple confetti. Un bout de terre escarpé et aride, aujourd’hui inhabité, situé entre Porto Rico et la République Dominicaine. Ce rocher de 57 km2, jadis peuplé par les indiens Taïnos, fut découvert en 1494 par Christophe Colomb lors de son second voyage aux Amériques…

Source : Le Figaro – Lire la suite ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s