Nicolas Reeves proche de la tombe de Nefertiti ?

British Egyptologist Nicholas Reeves talks to journalists before visiting the burial chamber of King Tutankhamun in the Valley of the Kings, close to Luxor, 500 kms south of Cairo on September 28, 2015. Nicholas Reeves, who believes the legendary Queen Nefertiti may be buried in a secret room adjoining Tutankhamun's tomb arrived in Egypt to test his theory. To this day, Nefertiti's final resting place remains a mystery. AFP PHOTO / KHALED DESOUKI
Nicolas REEVES AFP PHOTO / KHALED DESOUKI

 

Alors que sa théorie sur l’emplacement de la tombe de Néfertiti tient en haleine le monde entier, l’archéologue britannique Nicholas Reeves est arrivé lundi à Louxor pour présenter son point de vue et examiner le terrain. Selon lui, la tombe de cette reine légendaire est là, tout près, dans une chambre cachée du tombeau de Toutankhamon.
A ce jour, les archéologues n’ont jamais découvert la momie de cette reine à la beauté légendaire, qui exerça un rôle politique et religieux fondamental au XIVe siècle avant Jésus-Christ. Néfertiti fut l’épouse du pharaon Akhenaton qui convertit temporairement l’Egypte antique au monothéisme en imposant le culte exclusif du Dieu du soleil, Aton.
La tombe de Néfertiti rouverte pour y ajouter la dépouille du jeune roi ?

Nicholas Reeves est venu à Louxor pour élucider cette énigme. Selon sa théorie, qui met en ébullition la presse et les réseaux sociaux depuis des mois, Néfertiti aurait été enterrée dans une chambre attenante au tombeau du pharaon Toutankhamon, le fils d’Akhenaton.

Tout le mystère aurait son origine dans le décès « inattendu » de l’enfant-roi, à 19 ans, a expliqué lundi l’égyptologue à l’entrée du tombeau, au coeur de la Vallée des Rois à Louxor, dans le sud égyptien. Faute de tombeau disponible pour Toutankhamon, les prêtres auraient décidé de rouvrir la tombe de Néfertiti, dix ans après sa mort, pour l’inhumer dans un hypogée (tombeau souterrain en archéologie) qui n’était pas au départ prévu pour lui, soutient M. Reeves.

Dans la chambre funéraire, à quelques pas seulement de la momie noircie du jeune roi décédé en 1324 avant Jésus-Christ, au terme d’un court règne de neuf ans, l’archéologue pointe du doigt une fresque représentant Toutankhamon et son successeur Ay.

Deux portes dissimulées depuis des millénaires ?

Le ministre égyptien des Antiquités Mamdouh al-Damati, entouré d’égyptologues et de responsables du département des Antiquités, écoute attentivement l’expert de l’université américaine de l’Arizona. Ils examinent ensuite les plans de M. Reeves posés sur la vitre protégeant le massif sarcophage en quartzite rose trônant au centre de la pièce.

Selon M. Reeves, les peintures murales de cette chambre funéraire pourraient dissimuler deux portes à l’existence jusqu’alors insoupçonnée. L’une de ces deux portes pourrait mener vers « la chambre funéraire inviolée du propriétaire originel de la tombe – Néfertiti ».

L’autre conduirait à « une chambre de stockage inexplorée » qui « daterait apparemment » de l’ère Toutankhamon. « C’est une très bonne théorie mais les meilleures théories ne fonctionnent pas toujours », s’amuse l’archéologue, prudent. « Je pense que ça vaut le coup de vérifier parce qu’on peut le faire sans dommages », ajoute-t-il.
L'archéologue Nicholas Reeves et le ministre égyptien des Antiquités Mamdouh al-Damati (second en partant de la gauche), dans la tchambre funéraire de Toutankhamon le 28 septembre 2015.
L’archéologue Nicholas Reeves et le ministre égyptien des Antiquités Mamdouh al-Damati (second en partant de la gauche), dans la tchambre funéraire de Toutankhamon le 28 septembre 2015. © Khaled Desouki / AFP

Un radar japonais pour sonder les murs

M. Reeves compte utiliser un « radar » très sophistiqué, qui doit arriver prochainement du Japon, pour sonder les murs.
« J’espère qu’on pourra utiliser le radar et découvrir s’il y a un creux ou non » derrière les murs de ce fabuleux tombeau, commente M. Reeves.

Il espère que les tests pourront commencer fin novembre. « Il nous faut des autorisations pour la sécurité et ça prend toujours du temps », explique-t-il.

Son espoir : annoncer une découverte aussi éblouissante que celle d’un autre égyptologue britannique, Howard Carter. Sur ces mêmes lieux, le 4 novembre 1922, ce dernier avait mis à jour le tombeau de Toutankhamon, l’un des très rares monuments funéraires qui n’ait jamais été pillé au fil des millénaires.

Ce tombeau a livré le plus fabuleux trésor jamais découvert dans l’Egypte contemporaine et, sans doute, dans le monde: plus de 5.000 objets dont le célébrissime masque funéraire en or massif incrusté de pierres précieuses admiré par des milliers de touristes du monde entier au musée du Caire.

La visite de M. Reeves, qui doit s’achever par une conférence de presse au Caire jeudi, doit permettre à l’égyptologue de « discuter avec ses collègues égyptiens » de sa théorie et de mener des recherches préliminaires sur le terrain.

Faute de Néfertiti, la tombe de Kiya serait déjà fabuleux

« Maintenant, je peux dire que je suis sûr à 70% que nous allons trouver quelque chose », s’enthousiasme Mamdouh al-Damati en sortant de la tombe. Le ministre explique qu’un comité d’experts doit donner son accord pour des fouilles plus poussées, une procédure qui pourrait prendre entre un et trois mois, avant que le « radar » sonde les murs « sans les endommager ».

Le ministre reste cependant sceptique sur l’éventuelle découverte du tombeau de Néfertiti, penchant plutôt pour Kiya, une autre épouse d’Akhenaton, ou encore un membre de la famille royale dont la tombe aurait été agrandie pour accueillir Toutankhamon.

« Toutankhamon, c’est la plus grande découverte dans l’histoire de l’humanité: avec l’or, le mobilier funéraire », s’enthousiasme le ministre, rappelant que l’importance de la tombe vient du fait qu’elle a été retrouvée intacte et n’a jamais été pillée, contrairement aux autres trésors de l’Egypte pharaonique. Et de conclure: « alors, si l’on découvre une autre aile complétant la tombe ou une tombe antérieure, ce sera déjà une découverte majeure ».

Source: Culturbox AFP.

 

Assemblée nationale loi: CRÉATION, ARCHITECTURE ET PATRIMOINE –

La loi ne satisfait pas les associations.

Selon un communiqué daté du 9 octobre 2015, le G8-Patrimoine se déclare non satisfait du vote de la loi patrimoine
Il est vrai que la quasi totalité des amendements présentés, proposés par ces associations, ont été rejetés.

Voici le texte du communiqué :

“Le vote de la Loi « Liberté de création, architecture et patrimoine » est intervenu comme un couperet, ce mardi 6 octobre.

La commission culture et éducation de l’Assemblée nationale présidée par Patrick Bloche, rapporteur du texte, avait pourtant permis aux associations nationales de sauvegarde du patrimoine de défendre leurs points de vue et recommandations sur les différentes dispositions prévues, les associations étant même intégrées par amendement dans la composition des nouvelles commissions.

Cet important travail de concertation est resté lettre morte dans la mesure où la quasi-totalité des amendements présentés ont été rejetés.

Les associations « reconnues d’utilité publique » continueront à de travailler sans relâche, désormais auprès des sénateurs auxquels le texte va être prochainement soumis. Rappelons les trois mesures particulièrement inquiétantes qui méritent d’être fortement amendées:

• le régime unique des « cités historiques » qui, en voulant trop rapprocher le Code du patrimoine de celui de l’urbanisme, risque, sans garde-fous, de soumettre les règles de protection du patrimoine aux aléas de la libre administration des maires, là où le contenu des protections et leur pérennité doivent être garantis par l’État.

• la protection des abords, pilier de la sauvegarde du patrimoine, mise en danger par une généralisation de périmètres délimités réduits.

• le régime de propriété des biens archéologiques, dont on peut craindre qu’il ne dissuade les découvreurs de déclarer ces biens dans la mesure où la présomption de propriété au profit de l’État de tout bien reconnu d’intérêt scientifique ne s’accompagne d’aucune indemnisation.

Il faudra faire preuve d’un surcroît de vigueur et de conviction pour ne pas entériner avec cette loi la remise en cause de l’action de « Malraux et [de] Lang d’un seul coup » selon les propres mots… de Jack Lang (Le Parisien du 18 septembre 2015).”

G8-CP-LoiPatrimoine-2015-10-091

Source : Le Pèlerin

ART. 20 N°341
ASSEMBLÉE NATIONALE

  1. CRÉATION, ARCHITECTURE ET PATRIMOINE – (N° 3068)

Commission

Gouvernement

AMENDEMENT N°341

présenté par

Mme Attard, Mme Pompili, Mme Abeille, M. Alauzet, Mme Allain, Mme Auroi, M. Baupin, Mme Bonneton, M. Cavard, M. Coronado, M. de Rugy, Mme Duflot, M. François-Michel Lambert, M. Mamère, Mme Massonneau, M. Molac, M. Roumegas et Mme Sas
———-

ARTICLE 20

Après l’alinéa 79, insérer l’alinéa suivant :

« Cinq ans après la promulgation de la loi n° du relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine, le Gouvernement conduit une évaluation des conséquences de la reconnaissance de l’appartenance à l’État des biens archéologiques mobiliers, découverts fortuitement et ayant un intérêt scientifique justifiant leur conservation, sur le nombre de biens découverts fortuitement et déclarés à l’État. Cette évaluation est rendue publique au plus tard un an après son lancement. »

EXPOSÉ SOMMAIRE

La modification des règles déterminant l’appartenance des biens archéologiques mobiliers découverts fortuitement dans le présent projet de loi a provoqué de nombreuses réactions. Des acteurs du secteur s’inquiètent, à juste titre, d’une possible baisse des déclarations de telles découvertes. Si cette modification des règles paraît pertinente, il paraît aussi prudent de prévoir une évaluation de ses conséquences après une durée suffisante de mise en œuvre, à savoir cinq années.
Nouvelle version de l’amendement présenté par le CNDM 
APRÈS ART. 20 N°40
ASSEMBLÉE NATIONALE
30 septembre 2015
CRÉATION, ARCHITECTURE ET PATRIMOINE – (N° 3068)

Commission

Gouvernement

AMENDEMENT N°40

présenté par

M. Le Fur, M. Aboud, M. Berrios, M. Bouchet, M. Couve, Mme Dalloz, M. de Rocca Serra, M. Dhuicq, M. Fenech, M. Gandolfi-Scheit, Mme Genevard, M. Hetzel, M. Reiss et M. Straumann
———-

ARTICLE ADDITIONNEL

APRÈS L’ARTICLE 20, insérer l’article suivant:

Le Gouvernement remet au Parlement, au plus tard le 31 décembre 2016, un rapport sur la mise en place d’un statut spécifique concernant les utilisateurs de détecteurs de métaux.

EXPOSÉ SOMMAIRE

Le projet de loi présenté a pour but d’interdire la détection métallique entreprise par des particuliers amateurs dans l’idée de lutter contre le pillage du patrimoine.

Cependant assimiler ces derniers à des pilleurs demeure une erreur. En effet animés par une passion archéologique et patrimoniale, ils sont tout d’abord essentiels sur le plan des découvertes archéologiques.

L’interdiction de cette pratique apparait dès lors comme une erreur. C’est pourquoi le CNDM ( le Conseil National de la Détention Métallique) préconise d’encadrer davantage celle-ci, par une reconnaissance officielle de la détection dite de loisir, par l’octroi d’une licence individuelle pour chaque détenteur de ce matériel et par la mise en place de déclaration simplifiée de trouvaille, dans le but de valoriser les découvertes fortuites et de protéger les vestiges.

En effet dans leur grande majorité, les UDM ( utilisateurs de détecteurs de métaux) s’avèrent captivés par le patrimoine en dépit des qualifications requises. Ainsi, ils peuvent donc être considérés dès lors comme des aides bénévoles aux archéologues professionnels, ils sont assurément des acteurs de la découverte archéologique moderne, permettant l’expansion de la connaissance historique et patrimoniale française.

De plus la détection métallique n’excède pas 30cm, ainsi parler de pillage est tout à fait exagérer, même une erreur. Par conséquent le patrimoine français y perdrait beaucoup, après les multiples constructions routières, les pratiques agricoles néfastes pour le sol, par cette interdiction.

C’est pourquoi le présent amendement vise à demander au gouvernement la rédaction d’un rapport visant à l’étude de la mise en place d’un statut spécifique relativement au UDM.

 

Paris – La ministre de la Culture Fleur Pellerin a affirmé lundi que le projet de loi  la création et le patrimoine allait « changer le quotidien culturel des Français », annonçant également un budget 2016 pour la culture « résolument orienté à la hausse ».

« Instituer la liberté de création », au même titre que la liberté d’expression ou de la presse, comme le fait le texte, est une occasion « rare » pour la représentation nationale, s’est félicitée la ministre à l’ouverture de l’examen en première lecture du projet à l’Assemblée nationale.

« La liberté de création n’a de sens que si elle bénéficie à tous. Cette loi doit donc changer le quotidien culturel des Français », a-t-elle ajouté.

Sur le patrimoine, l’autre grand axe du projet de loi, Mme Pellerin a assuré qu’il serait « protégé avec une égale exigence » et que « sa préservation sortira(it) même renforcée de cette loi ».

La ministre a par ailleurs défendu avec ardeur le bilan du gouvernement en matière culturelle, soulignant que le budget « a toujours préservé la création et l’éducation à l’art et à la culture ». Elle a d’ailleurs annoncé que celui-ci serait en 2016 « résolument orienté à la hausse ».

Dans la soirée, les députés ont adopté sans le modifier, l’article 1er du texte, qui stipule que « la création artistique est libre ». Sur cette mesure phare, les débats sont restés mesurés, émaillés de quelques critiques comme celle de Lionel Tardy (LR) dénonçant du « bavardage législatif ».

Des amendements ont été adoptés sur les articles suivants, dont un qui garantit « la liberté de diffusion artistique », un visant à favoriser la création artistique amateur et un autre la culture dans le monde du travail.

En début de séance, les députés de gauche ont apporté un soutien timide au texte.

Pour le groupe écologiste, Isabelle Attard a dit y être « plutôt favorable, bien qu’il nous apparaisse sans réelle ambition », mais elle a précisé que son groupe attendrait la fin de la discussion pour se prononcer définitivement, tandis que pour le groupe RRDP (radicaux de gauche et divers gauche), Gilda Hobert a déclaré approuver le texte « dans sa démarche d’ensemble ».

« Ce n’est pas la grande avancée espérée par la gauche », a noté pour sa part Marie-George Buffet (GDR), pour qui le texte « doit être encore travaillé pour répondre aux attentes ».

« Nous sommes là devant une somme de mesures utiles, certes, mais assez éloignée du texte ambitieux que François Hollande nous avait promis lors de sa campagne et des premiers mois de son quinquennat », a indiqué de son côté Michel Piron (UDI). « Certaines dispositions nous réjouissent, d’autres nous laissent circonspects ».

Du côté du groupe Les Républicains, Michel Herbillon a pointé un « petit texte fourre-tout, un empilement législatif » qui « illustre hélas de façon emblématique le vide culturel de ce gouvernement ».

Plus tôt, son groupe avait défendu sans succès une motion de rejet préalable, le député Christian Kert dénonçant un projet sans « souffle », sans « âme ».

Source l’Express.

Aujourd’hui l’examen des propositions de modifications de lois sur la création artistique l’architecture et le patrimoine se poursuit. Hier aucune avancé significative n’a été faite. L’amendement du CNDM a été rejeté lundi car non recevable .

La rédaction.

 

image

Lire la suite

A visiter :

Expositions en septembre 2015

VIVRE AVEC LES DIEUX. AUTOUR DU SANCTUAIRE GALLO-ROMAIN DU GUE-DE-SCIAUX (ANTIGNY)

Du 20-11-2014 au 20-12-2015
Lieu : Donjon de Gouzon, 86300 Chauvigny (F)
Description :
Labellisée « d’intérêt national » par le Ministère de la Culture, cette exposition est fondée sur les collections archéologiques provenant du sanctuaire du Gué-de-Sciaux à Antigny, site fouillé par la Société de Recherches Archéologiques du pays Chauvinois sous la direction de Christian Richard ; une grande partie de ces collections n’a jamais été présentée au public.
Son objectif est de faire comprendre la pensée religieuse des Gallo-Romains, à l’aide des témoignages recueillis dans le sanctuaire : architecture des temples, cultes à Mercure et à Apollon, sacrifices et offrandes, etc.
La présentation inclut également un monument religieux exceptionnel, le pilier monumental orné de représentations de dieux et de héros, découvert et conservé à Yzeures-sur-Creuse à quelques kilomètres du Gué-de-Sciaux. Il montre l’importance des images divines dans la religion à l’époque romaine.
Pour en savoir plus : voir le site
Contact : musees.chauvigny@alienor.org

COQUILLAGES & CRUSTACES. REGARDS NATURALISTES SUR LA BIODIVERSITE

Du 29-05-2015 au 29-11-2015
Lieu : musée des Beaux-Artsplace Philibert de Chalon 39000 Lons-le-Saunier
Description :
Les musées de Lons-le-Saunier accueillent une exposition de sciences naturelles présentée l’année dernière à Paris.
Réalisée par l’Aquarium de la Porte Dorée de Paris en partenariat avec le Muséum national d’Histoire naturelle, cette présentation vous propose un voyage photographique et artistique.
A l’origine, en 2012, une campagne scientifique internationale est menée afin de découvrir la biodiversité encore méconnue de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Les résultats de cette étude vous sont donc présentés. Ils sont complétés par une évocation des savants ayant participé à l’enrichissement des collections jurassiennes au XIXe siècle. Tombés dans l’oubli, ces voyageurs, naturalistes, médecin, militaires… ont contribué à la constitution du fonds de sciences naturelles du musée lédonien.
Pour en savoir plus : voir le site
Contact : musees@lonslesaunier.fr

ROME EN PAYS NERVIENS : RETOUR SUR NOTRE PASSE ANTIQUE.

Du 25-08-2015 au 20-11-2015
Lieu : Espace gallo-romain
Description :
Jusqu’au 20 novembre 2015, l’exposition « Rome en pays nerviens, retour sur notre passé antique » vous permet de mieux connaitre les hommes et les femmes qui peuplaient le territoire situé entre la Sambre et l’Escaut durant l’antiquité.

L’Espace gallo-romain poursuit l’aventure en vous permettant d’approcher les thématiques liées au commerce, à l’artisanat, aux voies de communication. Le domaine funéraire et l’époque gauloise sont également traités.

Grâce au mobilier issu de découvertes archéologiques réalisées dans le Nord de la France et la Belgique vous percevez le fonctionnement de cette cité de Gaule Belgique (IIIe siècle av. J.-C. jusqu’au IVe siècle ap. J.-C.).
L’Espace gallo-romain est ouvert au public du mardi au vendredi de 10h00 à 12h00 et de 13h00 à 17h00, les samedis et dimanches de 14h00 à 18h00.
A partir du 1er octobre, les collections seront accessibles uniquement du mardi au vendredi ainsi que les premiers et troisièmes dimanches du mois de 14h00 à 18h00.

Visites guidées des collections permanentes les dimanches 6 septembre, 4 octobre et 1er novembre à 15h00.
Visites guidées de l’exposition « Rome en pays nervien » les dimanches 20 septembre, 18 octobre et 15 novembre à 15h00.
Pour en savoir plus : voir le site
Contact : egr@ath.be

Aucune animation pour septembre 2015.

Séminaires, colloques et conférences en septembre 2015

LES MONNAIES ROMAINES

Le 25-09-2015
Lieu : Musée et site gallo-romain du FâRoute du Fâ17120 Barzan
Description :
Le vendredi 25 septembre à 19h : «Les monnaies romaines», par Stéphane Gustave.
Une conférence de Stéphane Gustave notamment en liaison avec les monnaies découvertes sur le site gallo-romain du Fâ.

Conférence en accès libre sur réservation au 05.46.90.43.66
Pour en savoir plus : voir le site
Contact : communication@fa-barzan.com

.Deux gargouilles sculptées à l’effigie des dessinateurs Cabu et Wolinski

Deux gargouilles sculptées à l’effigie des dessinateurs Cabu et Wolinski,  victimes de l’attentat meurtrier contre Charlie Hebdo en janvier dernier, ont été dévoilées ce lundi à La Rochelle lors de l’inauguration de la Tour de la Lanterne, récemment rénovée.

imageimage

Ces deux gargouilles, grandeur nature, représentent les visages caricaturés des deux dessinateurs, qui surplombent désormais l’entrée du Vieux Port de La Rochelle.

Avec ses lunettes rondes, sa coupe de cheveux caractéristique et un crayon fiché sur l’oreille, Cabu trône du côté nord-est de la tour, au niveau du deuxième balcon. A l’opposé, côté sud-ouest, lui répond un Georges Wolinski entouré de deux femmes nues, la bouche grande ouverte pour y laisser passer l’évacuation d’eau.

Une surprise imaginée par Philippe Villeneuve, architecte en chef des monuments historiques et responsable du chantier de rénovation (octobre 2014 à juin 2015) qui devait refaire les joints de ciment et nettoyer la tour pour lui rendre sa blancheur d’origine.

« Au cours des travaux, il était prévu que deux gargouilles soient recréées », a indiqué Frédéric Henri, administrateur adjoint des tours de La Rochelle au sein du Centre des monuments nationaux, chargé de l’entretien des trois tours rochelaises construites entre le 12e et le 15e siècle. « Après l’attentat du 7 janvier, Philippe Villeneuve a eu l’idée de ces emblèmes sur ce bâtiment qui a autrefois servi de lieu de privation de liberté (les Quatre Sergents accusés de conspiration sous la Restauration y ont été enfermés avant d’être guillotinés en 1822, NDLR) pour leur rendre hommage, ainsi qu’à tous les artistes menacés dans le monde. Il n’en a parlé à personne mais une fois qu’il a les dévoilées, personne n’a été contre », explique Frédéric Henri.

Avec ces gargouilles frappantes, Philippe Villeneuve poursuit une tradition séculaire chez les tailleurs de pierre qui consiste à laisser une empreinte, souvent voilée mais parfois très explicite, de leur passage, à l’instar de la paire de fesses sculptée sur une frise décorant la cathédrale de Bourges.

Vingt ans après avoir été volée, « Ecce Homo » fait son retour à Beauvais

Vingt ans après avoir été volée, « Ecce Homo » fait son retour à Beauvais
.Exposée pendant trois ans dans un musée des Pays-Bas qui l’avait racheté en toute bonne foi, la sculpture « Ecce Homo » avait été dérobée en 1996. Son retour dans l’église de Marissel coïncide avec l’installation d’un nouveau système de sécurité.

image

C’est un retour qui relève du miracle. Volée il y a près de 20 ans, la statue du Christ « Ecce Homo » vient de retrouver sa place à l’église de Marissel après un périple qui l’a menée en Belgique et aux Pays-Bas. Taillée dans le chêne, la sculpture, d’environ 1,30 m, représente un Christ, les mains liés et le corps meurtri par la flagellation, au moment d’être présenté à la foule par Ponce Pilate…Après avoir été volée, « Ecce Homo » fait son retour à Beauvais.

Source: Le Parisien.

Le président Hollande visite discrètement la basilique Saint-Denis.

image

Saint-Denis, samedi matin. Le président François Hollande a visité la basilique de Saint-Denis. Ici, avec Patrick Braouezec, président de Plaine Commune (au centre) et Jacques Moulin, architecte des Monuments historiques. (AFP/Jacques Brinon)

Saint-Denis, samedi matin. Le président François Hollande a visité la basilique de Saint-Denis
Un président dans la nécropole des rois de France. La visite a eu lieu samedi matin, en toute discrétion. La basilique de Saint-Denis a ouvert ses portes au président François Hollande, accueilli vers 9 heures par quelques élus locaux et la ministre de la Culture Fleur Pellerin.

« J’ai été prévenu la veille, ou l’avant-veille », confie Stéphane Troussel. Le président PS du conseil départemental a pu emboîter le pas au chef de l’Etat, traversant l’allée centrale, explorant la nef et la crypte, ainsi que les jardins de l’ancienne abbaye. Et admirer au passage la façade rénovée du monument historique, tout juste inaugurée.

Une «avancée» dans le projet de reconstruire la flèche ?

  1. Lire la suite

Un second Salon de la détection en 2016

Le second Salon de la détection de loisir

       organisé par DÉTECTION Passion.

Samedi 8 & dimanche 9 octobre 2016
Paris – Novotel – Porte de Bagnolet – Bus, Métro, Parking, Restauration.
  • Tous les constructeurs de matériel seront présents.
  • Démonstrations, essais, conférences, tables rondes…
  • Toute l’équipe de votre magazine préféré vous accueillera de 9h30 à 18h30

          DEUX FOIS PLUS GRAND

                          en 2016

 

Bientôt ici toutes les informations et nous attendons vos suggestions .