À la Une

150 pièces d’or vendues aux enchères à Poitiers (86)

Aux enchères du crédit municipal de Poitiers, 150 pièces de monnaies en or ont été vendues, vendredi 9 décembre. Un lot exceptionnel pour le crédit municipal. Il s’agit en réalité de plusieurs vendeurs obligés de se séparer de leur collection pour des raisons économiques.

Les collectionneurs sont parfois venus de loin pour acheter quelques pièces d’or. Alain a fait le déplacement depuis Bordeaux. Il a déjà chez lui plus de 2 000 pièces d’or. « Je recherche toutes celles qui datent d’après la révolution Française« . A l’aide d’une loupe de bijoutier il examine chaque détail. « Je regarde où elles ont été frappées car en fonction de la série elles sont plus ou moins rares« . Il inscrit discrètement sur son calepin celles qui l’intéressent. Il faut éviter d’attirer l’attention des autres visiteurs…

Source : France Bleu – Lire la suite ici

Des pièces datant de l’Empire romain retrouvées dans les ruines d’un château japonais

Des pièces de monnaie datant de l’Empire romain ont été découvertes dans les ruines d’un château sur l’île d’Okinawa, au Japon.

C’est la première fois que des objets de ce type sont retrouvés au Japon selon le Japan Times. Il s’agit de quatre pièces datant du 4e ou du 5e siècle. L’édifice, dont il ne subsiste que des vestiges, dans lequel elles ont été retrouvées, était habité entre le 12e et le 15e siècle…

Source : Direct Matin – Lire la suite ici

Moissac (82) : de Jules César à Camille Delthil : un chemin parsemé de pièces de monnaie

Le -lointain- point commun entre l’empereur romain et l’homme politique (et de lettres) moissagais est l’enseigne Lucterius(1), magasin consacré à la numismatique, installé au n°51, boulevard Camille Delthil.

Son propriétaire Eric Voss a acquis en 2011 les murs de ce pas-de-porte qui est désormais le siège de son activité qui ne couvre pas que la monnaie.
Actions et obligations anciennes, objets archéologiques (poteries, sculptures, etc.), billets de banque démonétisés, médailles, Eric achète aussi des métaux précieux aux particuliers : bijoux, débris d’or, or dentaire, monnaies d’or et d’argent…

Source : La Dépêche – Lire la suite ici

Le château de Guédelon (89) frappe sa monnaie

Depuis le début de l’été, un nouvel atelier expérimental a été mis en place sur le chantier médiéval de Guédelon. Un artisan effectue des démonstrations devant le public. Il créée et frappe la monnaie comme on le faisait autrefois. 

La technique ancestrale a été retrouvée grâce à des recherches effectuées dans les archives et les documents d’époque. L’atelier monétaire expérilmental fabrique des pièces comme on le faisait au 13ème siècle…

Source : France 3 Bourgogne – Lire la suite ici

Un liard d’une valeur «inestimable» découvert dans un champ près de Reims (51)

Lors d’une fouille non déclarée, un particulier avait mis la main sur une pièce de monnaie du XVI e  siècle. Celle-ci a récemment été saisie par les gendarmes.

C’était en octobre dernier. Un homme domicilié dans la Marne demandait à un agriculteur la permission de fouiller son champ agricole – le lieu n’a pas été dévoilé par les enquêteurs – à l’aide d’un détecteur de métaux. L’agriculteur accepte. La fouille commence. Et ce particulier met la main sur une pièce de monnaie à l’apparence très ancienne. Peu après, il diffuse une photo de sa découverte sur un forum internet afin d’en apprendre un peu plus sur sa valeur potentielle…

Source : L’Union – Lire la suite ici

Il était une fois la monnaie frappée à Saint-Lô (50)

Du XIVe au XIIe siècle, Saint-Lô abritait un atelier monétaire important dans le royaume. Une histoire à découvrir et une exposition à voir au musée des Beaux-arts.

L’atelier de Saint-Lô a été fondé en 1351, sous le règne de Jean Le Bon, et diffusera sa monnaie dans tout le royaume. Il fut particulièrement actif sous son règne et ceux de Charles VI, Henry V, Charles VII, Louis XI, Henry IV… Et sera mis en sommeil à d’autres époques. Fin de l’histoire en 1693 sous le règne de Louis XIV, date à laquelle Saint-Lô perd son titre de ville monétaire au profit de Caen…

Source : Ouest France – Lire la suite ici

Au pied de Notre-Dame : l’or et la monnaie

La crypte archéologique du parvis de Notre-Dame propose une exposition autour de l’histoire des monnaies à Paris, de l’Antiquité au 20e siècle.


L’histoire d’une ville se forge par son environnement, ses avancées politiques, sociales ou culturelles, mais elle se forge également par sa monnaie ! Une chose que la crypte archéologique met en exergue à travers une exposition intégrée au parcours initial du musée. Intitulée « L’or au pouvoir, de Jules César à Marianne », l’exposition propose, à travers dix étapes et différents personnages historiques, l’évolution de la société parisienne via sa monnaie…

Source : Paris Dépêches – Lire la suite ici

Mayenne (53) : un trésor de 26 000 pièces romaines trouvées en 1863

Le Musée de Mayenne a organisé dans ses locaux un déjeuner médiéval mardi 26 avril.

Lors de travaux de nettoyage en 1863 au Gué Saint Léonard à 1 km au Nord de Mayenne, est apparu un trésor de 26 000 pièces romaines. Le gué étant un passage usité par les soldats romains sur la voie Jublains-Avranches, ces derniers jetaient une pièce en passant. Un peu comme leurs compatriotes amoureux continuent à le faire, des centaines d’années après, à la Fontaine de Trévise. Si la plupart des pièces étaient de faibles valeurs (un as en bronze était la plus petite monnaie), d’autres en or ou en argent attestent de plus grandes richesses personnelles. D’autres pièces, égyptiennes notamment, témoignent des conquêtes passées. La collection est présentée en tas. Un peu en l’état de sa découverte. Des pièces sont usées des séjours en poches et en besaces. D’autres oxydées par l’eau du gué. Elles présentent un joli témoignage d’un lointain passé qui demeure local !

Source : Le Publicateur Libre – Lire la suite ici

Un alpiniste découvre un incroyable trésor dans une crevasse

Les trésors se cachent partout et même au fond d’une crevasse en Suisse. Et c’est un alpiniste qui a découvert ces 1 000 pièces d’argent datant du 17ème et 18ème siècle. Mais alors pourquoi se trouvaient-elles dans une crevasse ?

Entre 800 et 1000 pièces d’argent, de l’empire romain, de l’empire l’Autriche, du royaume la Saxe, de la Prusse, et même de la ville impériale de Nuremberg. Un beau butin retrouvé par hasard au fond d’une crevasse en Suisse par un alpiniste, selon le quotidien Der Spiegel. Le trésor viendrait  de l’époque de Frédéric-Auguste le Juste qui a vécu entre 1750 et 1827. La pièce la plus ancienne daterait de 1693 et la plus récente de 1817. C’est donc l’un des plus grands trésors monétaires jamais retrouvés de cette époque…

Source : L’internaute – Lire la suite ici – (article original en allemand ici)

Une famille arrêtée pour escroquerie aux pièces de collection

 D’après les enquêteurs, les deux parents et leur fille vendaient de faux Napoléon Or sur Internet. Le préjudice s’élèverait à plus de 100.000 euros…

La monnaie de leur pièce ? Trois personnes, deux parents et leur fille, ont été arrêtées mardi pour une escroquerie aux fausses pièces d’or, dans l’Orne. Depuis décembre, les policiers de l’ Office central pour la répression du faux monnayage (OCRFM) enquêtaient sur une affaire de faux Napoléon or.
En fin d’année 2015, 600 fausses pièces sont saisies à l’aéroport de Roissy par les douanes. Après analyse de la Monnaie de Paris, les policiers découvrent qu’il s’agit en fait de pièces fabriquées en Chine d’une valeur de… deux euros imitant des pièces de collection Napoléon or de 20 et 40 Francs d’une valeur estimée à 200 euros pour les unes et 350 à 400 euros pour les autres…

Source : 20 minutes – Lire la suite ici