À la Une

Saint-Rémy (79) : motivés pour dépolluer des bouchons

Ce week-end à Saint-Rémy, au sein de locaux gracieusement prêtés par M. Biraud, deux associations ont réuni leurs bénévoles pour un partenariat solidaire : Les Bouchonneurs de Souché, association qui récupère et tri les bouchons plastiques auprès des établissements scolaires, entreprises, clubs sportifs (notamment auprès du District 79 de football) et particuliers de Niort et ses environs, et Cré Vin diou, association de passionnés de la détection de métaux, qui propose ses compétences techniques pour détecter les matériaux non recyclables dans ces montagnes de bouchons…

Source : La Nouvelle République – Lire la suite ici

Jugés à Dijon, les chasseurs de trésor utilisaient illégalement des détecteurs de métaux

Les détecteurs de métaux ne sont pas les bienvenus sur les sites archéologiques. Quatre hommes comparaissaient ce lundi 12 septembre 2016 devant le tribunal correctionnel de Dijon pour avoir utilisé sans autorisation des détecteurs pour mener des fouilles archéologiques illégales.

Les faits s’étaient produits entre le 9 mars 2014 et le 9 mars 2015 dans plusieurs départements, et notamment en Côte-d’Or. Un archéologue spécialisé dans les fouilles préventives s’était immiscé dans un groupe de discussion privé sur Facebook. Un groupe où des détectoristes, c’est ainsi qu’on les appelle, racontaient leurs exploits…

Source : France Bleu – Lire la suite ici

La Baule (44) : détectoristes, ils retrouvent la précieuse montre

Un couple allemand a retrouvé, jeudi soir, une montre « à valeur sentimentale » perdue mardi, plage de La Baule, grâce à Morgan Le Tallec, Yves Da Rui et leurs détecteurs de métaux.

Des détectoristes ont encore frappé. Après avoir retrouvé une alliance sur la plage de Pornic il y a quinze jours, deux propriétaires de détecteurs de métaux de l’association Prospecteurs 44, ont retrouvé une montre, jeudi soir. Une chance inespérée pour Martin Springer. Ses recherches pour retrouver le précieux objet de sa femme, duraient depuis trois jours…

Source : Ouest France – Lire la suite ici

Détectoristes, ces chasseurs de trésors modernes

Nous sommes à la moitié de l’été, mais nous savons déjà que lorsque les vacanciers partiront à la fin du mois, d’autres personnes continueront de fréquenter les plages. Terminé le maillot de bain, bonjour le détecteur de métaux ! En effet, ces personnes s’adonnent à leur passion : la détection de loisir.

Il faut savoir que ces personnes que l’on nomme « détectoristes » sont de véritables chasseurs de trésors, par tout temps, et toutes saisons. En France, nous ne pouvons évaluer leur nombre, tout simplement parce qu’aucune déclaration officielle n’est à effectuer pour se mettre à la recherche d’objets enfouis dans le sol.

Source : Science Post – Lire la suite ici

Des pièces de monnaie de 700 ans datant de la «guerre civile» danoise découvertes

Un dépôt de vieilles pièces de monnaie de 700 ans a été trouvé par un groupe de détectoristes dans un champ du Jutland, fouillé par les archéologues, a annoncé le Musée Viborg mercredi.

Les pièces, qui remontent à une période tumultueuse de la guerre civile au Danemark, ont ​​été trouvés dans un champ au sud de Foulum et sont exposées au Musée Viborg.
Le musée a déclaré que trois membres de la société de détection du Jutland Central (Midtjysk Detektorforening) ont découvert les pièces médiévales, dont on pense qu’elles ont été cachées pendant la première moitié des années 1300, une période de troubles internes au Danemark, qui a abouti à une fin temporaire des règles royales.

Source : The Local – Lire la suite ici (article original en anglais) ou ici (article traduit)

Sur la piste des détectoristes…

Grâce à l’association Detectorists Limouzi, la fille d’un soldat a retrouvé la plaque de la gourmette militaire égarée par son père dans un bois.

L’objet n’était enfoui qu’à quinze centimètres, cachée parmi 900 grammes de ferrailles dans un bois entre Razès et Compreignac. Détectoriste amateur, Mathieu Simonneau l’a découverte par hasard après des heures de fouilles infructueuses.
« Cela arrive toujours lorsqu’on repart, cette gourmette était très sale et, après nettoyage, le prénom d’André est apparu, mobilisé en 1923, avec son lieu d’affectation : Razès. Je ne parvenais pas à déchiffrer son nom »…

Source : Info Magazine – Lire la suite ici