À la Une

Une exposition à découvrir à Paris : Les Temps mérovingiens…

Que savons-nous des Mérovingiens ? Attention, ici le « nous » ne concerne pas les spécialistes et autres experts et chercheurs en histoire du Moyen-Age, ni même les passionnés du dimanche qui ont déjà lu, voyagé et, en quelque sorte, rencontré beaucoup de Mérovingiens ces dernières années… Non, je voulais juste évoquer tous ceux, comme moi, comme vous, qui finalement ne connaissons presque rien de cette première grande famille régnante française… Enfin, « française », cela reste à prouver…

Oui, on ne connait – au moins de nom – que ce cher Clovis et sa belle Clotilde, le couple idéal qui aurait fondé la France. En fait, on se souvient aussi de la bataille de Tolbiac où l’un se battait vaillamment avant de tomber dans la religion de l’autre sans que l’on sache bien le rôle de chacun dans cette conversion très intéressée… Mais on chantonne aussi que le Bon roi Dagobert aurait mis sa culotte à l’envers sans même savoir que l’on doit cette chansonnette à la révolution française et non à la supposée maladresse du roi mérovingien pour se reculotter à la sortie de son bain… Enfin, on a bien entendu que cette famille avait sombré dans fainéantise et la paresse… sans trop savoir la part de vérité dans cette affaire !…

Source : Vivre à Chalon – Lire la suite ici

Au pied de Notre-Dame : l’or et la monnaie

La crypte archéologique du parvis de Notre-Dame propose une exposition autour de l’histoire des monnaies à Paris, de l’Antiquité au 20e siècle.


L’histoire d’une ville se forge par son environnement, ses avancées politiques, sociales ou culturelles, mais elle se forge également par sa monnaie ! Une chose que la crypte archéologique met en exergue à travers une exposition intégrée au parcours initial du musée. Intitulée « L’or au pouvoir, de Jules César à Marianne », l’exposition propose, à travers dix étapes et différents personnages historiques, l’évolution de la société parisienne via sa monnaie…

Source : Paris Dépêches – Lire la suite ici

Paris – Archéologie : la découverte qui embarrasse l’Institut de France

Des travaux ont permis de découvrir une nouvelle tour de l’enceinte de Philippe Auguste. Un événement rare, mais sur lequel l’Institut n’a guère communiqué.

La découverte d’une nouvelle tour de l’enceinte de Philippe Auguste (fin du XIIe siècle) est un événement suffisamment rare pour être célébré. Habituellement, quand l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) effectue ce genre de fouille, elle convie la presse pour fêter l’événement. Mais, dans le cas présent, silence total. C’est en passant par hasard rue Mazarine, où un panneau plaqué contre un bâtiment de l’Institut de France indique l’existence de la fouille, que nous avons découvert le pot aux roses…

Source : Le Point – Lire la suite ici

Catacombes de Paris : une intervention qui remue les os

Chaque année, des restaurations doivent être entreprises pour consolider les murets d’ossements qui composent les Catacombes de Paris.

« Que d’os, que d’os ! » Ce sont des dizaines de milliers d’ossements qui composent, sur plus de 700 mètres de galeries, les célèbres Catacombes de Paris, situées à 20 mètres de profondeur sous le quartier de Denfert-Rochereau, dans le 14e arrondissement. Des « hagues » (haies) – mot d’origine viking – composés uniquement de crânes, de fémurs et de tibias. « C’est ici l’empire des morts« , prévient le linteau gravé à l’entrée de ce monde souterrain qui a fasciné Victor Hugo, Alexandre Dumas… et continue d’attirer plus de 500 000 visiteurs chaque année. Une cité peuplée de fantômes dont les Parisiens et les touristes peuvent admirer les murailles macabres depuis plus de deux cents ans (1809), date de son inauguration. « Cet ossuaire est le musée municipal le plus visité de Paris. Il occupe à peine un dixième des 800 hectares de carrières souterraines situées sous la ville et avec lesquelles il est souvent confondu« , explique Sylvie Robin, conservatrice en chef du Patrimoine, en charge des Catacombes…

Source : Sciences et avenir – Lire la suite ici